Fédération des Alpes-Maritimes

Fédération des Alpes-Maritimes
Accueil
 
 
 
 

Se donner de la force pour mieux vivre

MUNICIPALES

 

 

 

L’enregistrement des listes est terminé depuis le jeudi 6 mars : 226 listes dans les 74 communes des Alpes-Maritimes de plus de 1000 habitants. Dans 28 communes, les valeurs du Front de gauche seront portées.

 

 

Une des nouveautés de ces élections municipales des 23 et 30 mars est l’application de la proportionnelle avec prime de 50% au gagnant pour les communes de plus de 1000 habitants. En 2008, ce mode d’élection ne s’appliquait qu’aux communes de plus de 3500 habitants. La deuxième nouveauté pour ces communes est l’obligation de présenter des listes complètes et paritaires.

 

Ces nouveautés vont tout d’abord permettre d’avoir plus de femmes conseillères municipales en 2014 qu’en 2008 mais aussi d’avoir une plus grande représentation d’alternatives à gauche, d’alternatives progressistes dans des communes où le débat contradictoire n’est pas très habituel. Cela peut bousculer certains potentats locaux qui parfois se croient tout permis !

 

C’est bien le cas dans les communes comme Gilette, Roquebillière, Puget-Théniers, Tende, Breil sur Roya, à Colomars et à Sospel. Dans toutes ces communes, les militants du Front de Gauche sont à l’initiative de ces constructions nouvelles, construction de projets progressistes qui expriment une volonté très forte que les communes puissent décider de leur vivre-ensemble et de leur aménagement ; qui expriment une volonté farouche de faire vivre des services publics de proximité ; de faire vivre une économie locale ; de faire vivre de grands projets de transport en commun.

 

Alors est-ce que ces communes peuvent passer à gauche ? Pourquoi pas ? Des ambitions de conquête traversent évidemment l’esprit de tous ces militants progressistes comme à Breil, à Gilette ou encore à Sospel… D’ailleurs, la colère et les pressions des droites locales sont révélatrices de leurs craintes. Par exemple à Sospel, depuis la présentation de la liste de gauche, il ne se trouve plus personne pour se dire de droite. Est-ce que l’étiquette DROITE serait si difficile à porter dans les communes de moins de 3500 habitants où les habitudes politiques sont souvent le clientélisme, le favoritisme ou le tutorat du chef de l’UMP local ? Les listes Front de gauche dans ces communes sont bien la concrétisation de la dynamique souvent née en 2012 lors des élections présidentielles, qui se révèle dans ces élections locales et qui - c’est le voeu que nous formons - pourrait apporter de bonnes surprises …

 

Mais que dire des villes un peu plus grandes ? Là aussi, de très nombreux militants du Front de Gauche, mais aussi de gauche progressiste, ont pris leurs responsabilités. Un énorme travail de projet a été fait dans toutes les communes avec des « fils rouges » : le logement social, les transports en commun, les services publics, la réponse aux urgences sociales. On peut résumer par une expression : des projets contre l’austérité !

 

Au-delà de la possibilité de confirmer des dynamiques rassembleuses dans des communes où les élus communistes et républicains sont à l’initiative de listes locales d’union, de Contes à Saint Antonin par exemple,  le Front de Gauche et  des projets de gauche pourraient s’installer aussi à La Trinité, à Carros.

 

Les enjeux politiques de ces élections municipales sont très importants. L’alternative à la droite des Alpes-Maritimes - si décomplexée et si affairiste (plusieurs élus de droite mis en examen) - est bien le Front de Gauche, c’est-à-dire une gauche forte de ses valeurs et de sa volonté de résister à toutes les politiques d’austérité ainsi qu’à la politique raciste et antisociale de l’extrême-droite !

Il reste encore quelques jours de campagne pour convaincre de l’utilité d’élus décidés à lutter contre l’austérité imposée par le gouvernement PS-EELV et par l’UMP départementale !

Cécile Dumas

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.