Fédération des Alpes-Maritimes

Fédération des Alpes-Maritimes
Accueil
 
 
 
 

Le PCF fait sa rentrée militante

L’élection de François Hollande s’est construite sur un rejet très fort de la politique de Nicolas Sarkozy mais aussi et surtout sur une attente immense de changement dans tous les domaines de la vie quotidienne. Dès le début, les préoccupations principales de la population étaient l’emploi, le pouvoir d’achat, le logement…

Après 100 jours de présidence, toujours rien à part quelques mesurettes symboliques comme la revalorisation de l’allocation de rentrée scolaire, la hausse – dérisoire – du SMIC ou la création de quelques postes dans l’Education Nationale. Pire, en l’absence de véritables mesures de relance, des décisions comme la fin de la défiscalisation des heures supplémentaires sont – certes pour de mauvaises raisons – mal comprises parmi les classes moyennes.

Car les deux derniers mois ont surtout été marqués par les plans sociaux et tout particulièrement celui de PSA Aulnay, où  8000 emplois sont menacés. Le plan de sauvetage de l’industrie automobile présenté par Arnaud Montebourg est loin d’être à la hauteur et ne fait que modifier à la marge les mesures mises en place par la droite à l’occasion du Grenelle de l’environnement. La situation du logement ne s’est pas non plus améliorée. Cécile Duflot s’est montrée incapable de mettre en place un véritable blocage des loyers et n’a rien fait pour lutter contre les expulsions locatives. La situation est catastrophique : 45% des familles ne partent plus en vacances. Chacun sent bien que cela ne peut plus durer, ce dont témoignent des émeutes sociales comme celles d’Amiens.

L’état du pays est masqué par le tapage médiatique autour des Jeux Olympiques de Londres qui ont donné lieu à des dépenses colossales d’argent public et à une récupération politicienne insupportable.

A la rentrée, les difficultés vont encore s’aggraver. Plus de 12 000 emplois ont été détruits en France depuis le début de l’année et cela ne va pas en s’arrangeant. Avec le pacte budgétaire européen (TSCG) que le PS veut adopter sans débat, c’est l’austérité programmée pour tous et à tous les niveaux (Europe, France, régions, collectivités locales…). On ne connaît que trop bien les conséquences des politiques de rigueur, il suffit de regarder l’état de la Grèce, de l’Espagne ou de l’Italie.

Même au Parti Socialiste, des voix discordantes commencent à s’élever pour dire qu’on ne sortira pas de la crise sans favoriser les investissements et la relance. Le rôle du Front de Gauche sera de peser dès le mois de septembre pour imposer ce débat sur la scène politique et au cœur de la population.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.