Fédération des Alpes-Maritimes

Fédération des Alpes-Maritimes
Accueil
 
 
 
 

Hôtel 5 étoiles de Menton Garavan : une suspension de permis salutaire

Le permis de construire de l'hôtel 5 étoiles de Garavan, après le dépôt d'un recours en référé, a été suspendu par le Tribunal administratif de Nice. Une décision dont le Front de gauche se réjouit tout en espérant que le Conseil d'Etat viendra la confirmer. Il était plus que temps en effet que la justice se saisisse du problème de bétonnage systématique de nos côtes, en totale contradiction avec les textes censés préserver l'environnement à l'instar de la loi littorale. Plus généralement, il va bien falloir en finir avec un littoral exclusivement réservé aux plus riches. Déjà, depuis vingt ans et l'arrivée de Jean-Claude Guibal, le bord de mer s'est transformé en une réserve d'appartements luxueux pour estivants fortunés. Petit à petit, les actifs, ont été poussés vers les hauteurs des vallées. De plus en plus loin d'un centre-ville réservé aux plus riches. Pire, les enfants du pays doivent désormais s'exiler, soit  vers un arrière-pays de moins en moins abordable, soit vers la « capitale » niçoise, et sont même parfois obligés de quitter la Côte, faute de pouvoir se loger correctement. Dans ce contexte, la construction d'un hôtel 5 étoiles à Garavan, aussi beau que soit le projet, est une ineptie totale et va totalement à l'encontre de l'intérêt des Mentonnais. Une telle utilisation de ce terrain communal, qui fait partie des legs Laurenti, est en plus très choquante. Les seules constructions qui auraient dû voir le jour à cet endroit sont des équipements publics, utiles à toute la collectivité. Une maison des jeunes par exemple. Mais cela fait bien longtemps que cette tranche d'âge n'est plus la priorité, loin s'en faut, du conseil municipal. A contrario, le choix qui est fait ne peut que favoriser une clientèle extrêmement fortunée qui a déjà la possibilité de séjourner dans les palaces monégasques, cannois ou niçois. Et après un front de mer qui doit leur être exclusivement réservé, à se demander si il ne faudra pas bientôt ériger un mur pour empêcher les pauvres locaux de venir respirer leur oxygène, l'impérialisme financier de nos riches hôtes nous interdira bientôt l'accès à la mer. Car comment de pas penser à la manne financière extraordinaire que représentera pour cette population un accès direct et privilégié au port de Garavan, qui retombera très bientôt dans le domaine public. Mais dont ne profitera certainement pas le public! Quant à l'argument économique, il n'est que prétexte fallacieux. Les fameux 300000 euros que l'hôtel rapporterait à la ville chaque année sont bien peu de chose comparés à l'intérêt communautaire que pourrait représenter ce terrain. Aucune certitude non plus quant à une embauche locale sur la centaine d'emplois promise. Et que dire du prix du m2 à Garavan qui va continuer de s'envoler. Il ne faut pas non plus perdre de vue le pire des scénarios. Celui de voir cet hôtel de luxe se transformer un jour en ensemble de résidences hôtelières de luxe. La grande spécialité du promoteur.   Les communistes se sont toujours battus contre ce projet. Ils se sont toujours battus pour que les Mentonnais puissent se loger, travailler et vivre correctement dans leur cité. Et ne pas voir cette ville devenir un village de vacances pour hôtes de luxe.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.